Chapitre XLVI
Les conjonctions

249. La conjonction est une particule qui sert à unir entre elles les parties d'une proposition ou des propositions entières ; par exemple pater et mater, le père et la mère ; amo patriam, eamque cunctis hominibus caram esse oportere mihi persuasi, j'aime la patrie, et je suis persuadé qu'elle doit être chère à chacun.
Quant à leur forme les conjonctions sont ou bien simples, et, at, ou bien composées, atque, itaque.

250. Quant à leur signification on les divise en plusieurs classes selon qu'elles expriment :
1) un rapprochement ou une union (conjunctiones copulativæ) :
et, ac, atque, que, et (que s'ajoute au second des deux mots rapprochés),
etiam, quoque, aussi, encore ;
item, itidem, de même ;
nec, neque, ni, et ne ... pas, nec non, et.

251. 2) ou une séparation (conjunctiones disjunctivæ) :
aut, vel, sive, seu, ve, ou (ve s'ajoute au second des deux mots) ; ac ne s'emploie jamais devant des voyelles.

252. Par la répétition de ces conjonctions on obtient :
et ... et (et ... que, que ... et), et ... et ; aussi bien ... que ;
neque ... neque (nec .. nec), ni ... ni ;
aut ... aut, ou ... ou ;
vel ... vel, ou bien ... ou bien ;
cive ... cive, soit que ... soit que ;
modo ... modo, tantôt ... tantôt ;
nunc ... nunc, tantôt ... tantôt ;
quum ... tum, et en général ... et en particulier, non seulement ... mais encore.

253. 3) une comparaison (conjunctiones comparativæ) :
ut ou uti, sicut, velut, prout, præut, ceu, quam, tamquam, quasi, ut si, ac, si comme, comme si.
On peut y ajouter les particules ac et atque lorsqu'elles se mettent pour quam.

254. 4) une concession (conjunctiones concessivæ) :
etsi, etiamsi, tametsi, quamquam, quamvis, quantumvis, quamlibet, licet, quoique, bienque, quand même.
Ajoutez-y la conjonction ut quand elle se traduit par quand même et quum dans la signification de quoique.