235. Beaucoup, d'adverbes naissent de l'emploi adverbial des différents cas des noms, et c'est surtout l'ablatif qui est employé très souvent adverbialement ; par exemple noctu, pendant la nuit ; diu (dies), longtemps ; repente (repens), subitement ; domi, à la maison ; rus, rure, ruri, (de) à la campagne. D'autres sont composés de plusieurs mots, comme forsitan (de fora sit an), peut-être ; videlicet (de vide et licet), c'est-à-dire.

Chapitre XLII
Les adverbes primitifs

236. Les adverbes primitifs ne sont pas en aussi grand nombre que les adverbes dérivés et ils expriment ordinairement les circonstances générales de l'action ou ajoutent un jugement accessoire à la proposition, tandis que les autres servent à désigner la manière dont l'action est faite.

237. Il faut surtout remarquer parmi les adverbes primitifs :
a) Les adverbes négatifs et affirmatifs : non, haud, ne, immo, quidem, utĭque etc. ;
b) L'adverbe interrogatif : cur?, pourquoi? ;
c) Les adverbes de manière : fere, ferme, presque, à peu près ; temere, témérairement ; vix, à peine ; nimis, trop ; satis, assez ; ut ou uti, comme ; sic ou ită, ainsi, si etc. ;
d) Les adverbes de lieu : uspiam et usquam, quelque part ; nunquam, nulle part ; prope, près ; ubi, où ? etc. ;
e) Les adverbes de temps : quando ?, quand ? et ses composés ; par exemple aliquando, un jour ; nunc, a présent ; nunquam, (ne) jamais ; jam, déjà ; heri, hier ; mox, bientôt après etc. ;
f) Les adverbes numéraux : semel, une fois ; bis, ter etc.; sæpe, souvent etc. ;
g) Plusieurs prépositions quand elles sont mises sans régime ; par exemple contra, au contraire ; palam, publiquement etc.